La guilde Thor team

Forum d'entraide pour les paumés de la guilde ;) .
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Meurtre à Astrub

Aller en bas 
AuteurMessage
Bouh
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1124
Age : 26
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Meurtre à Astrub   Mar 29 Juil 2008 - 19:43

On vous en a déjà parlé, avec nabot nous sommes en train d'écrire un récit. Comme il nous semble compliqué de le poster en entier une fois terminé, nous préférons le poster en "épisodes" au fur et à mesure de l'écriture. Etant donné qu'il n'est PAS terminé, et que nous continuerons à poster la suite ici, MERCI DE NE PAS POSTER VOS REPONSES DANS CE TOPIC.
ça nous, et vous, évitera de perdre le fil de l'histoire è_è

_________________
"Quand on a trop mangé, l'estomac le regrette et quand on n'a pas assez mangé l'estomac le regrette aussi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naindesbois
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 292
Age : 28
Date d'inscription : 26/08/2006

MessageSujet: Re: Meurtre à Astrub   Mar 29 Juil 2008 - 19:46

Il est écrit quelque part " tous les chemins mènent à Astrub ".
Ahhh Astrub , carrefour de toutes les routes d'Amakna, lieu où vivent des milliers de pèlerins qui cherchent l'aventure au grès des saisons. Astrub , réputée pour ses différents artisans éparpillés aux quatre coins de la cité. Cité dont certains des quartiers à l'apparence plutôt tranquille se transforment en véritable coupe-gorge à la nuit tombée. En effet , tous ces aventuriers avec les bourses pleines ( d'or ) attirent de nombreux voleurs et autre malfaisants. C'est notamment le cas du quartier des pendus, ancienne place publique où avaient lieu les pendaisons. Ce quartier , au nord du zaap est envahi par une brume acre et piquante cette nuit, ses ruelles sombres où la crasse stagne dans des flaques d'eau croupie rameutant ainsi les mouches et autres insectes , elles sont encastrées entre des rangées de hauts murs noirs, couverts de moisissure jaunâtre. La lune blafarde n'arrive pas à percer de ses frêles rayons la muraille de ces murs. Un sentiment de malaise plane , une menace semble suinter de ces murs angoissants d'où s'échappent parfois des cris stridents comme des crissements d'ongles sur lesquels le silence oppressant retombe comme une chape. Les voyageurs imprudents qui osent s'y aventurer s'y sentent enfermés, pris au piège, et peut être n'ont-ils pas tort.
Le brouillard se fait plus dense , cette nuit le sang coulera , un imprudent a eu l'audace ou la bêtise de pénétrer dans ce lieu lugubre, un cri retentit, puis le silence de nouveau, lourd.
Le matin se levait sur la grande cité d'Astrub, au sud de la ville , dans la rue du palmier, une main poilue appartenant à un sadida endormi s'extrait tant bien que mal des couvertures pour faire fuir Piranha , le tofu domestique et son chant bruyant: " Mais tais-toi donc affreuse bestiole !". le tofu, indigné, picora la tête de son maître ( eh oui, vous croyez peut-être qu'il s'appelle Piranha pour faire joli ) et alla se nicher sur le haut de l'armoire avec l'air froissé et dédaigneux. Le sadida, exaspéré, poussa un profond soupir et laissa sa tête retomber sur l'oreiller, après quelques minutes, toujours aussi vif et alerte, il s'assit sur le bord de son lit, les jambes pendantes et essaya vainement d'enfiler ses mocassins par la seule action de ses pieds. Résigné, il se baissa pour les chausser, sans omettre de les foudroyer du regard pour leur montrer son mécontentement. Finalement debout, notre sadida s'étira en douceur tout en baillant avec beaucoup de grâce, s'ensuivit divers bruits de bouche tandis qu'il se grattait à pleine main la crinière rouge qu'il avait sur le crâne. Il s'approcha ensuite à pas résolus de la table en bois clair qui trônait au milieu de la pièce et il engloutit fougueusement la part de cake restée sur la table et qui avait eu le mérite de survivre à Piranha. Tranquillement, digérant son festin, il se dirigea vers l'armoire, celle-là même qui servait de perchoir à Piranha, ouvrit les battants avec assez de force pour déloger ce dernier et regarda avec intérêt les divers pagnes qui composaient sa garde robe essayant d'en choisir un qui ne jurerait pas avec l'étrange couleur de son pelage. Une fois qu'il eu choisit une tenue approprié, il alla courageusement prendre une douche froide ( dont nous passerons les détails de peur de choquer d'éventuelles âmes sensibles), puis il effectua , pendant une heure, la torture qu'est le démêlage de poils. Habillé et relativement propre, il jeta un coup d'œil à son reflet dans le miroir et poussa un grognement appréciatif avant de sortir dans les rues éclairées de la ville.
A quelques rues de là, une belle sacrieuse se préparait elle aussi à passer une journée à sillonner la ville en quête d'une mission pour pimenter un peu son quotidien. Estimant qu'elle avait de l'avance, elle se laissa tomber sur la peau de l'ours qu'elle avait tuer deux jours plus tôt et alluma sa khon'sole de GE. La veille elle avait tenté en vain de finir son jeu, Zaile Da, mais dérangée par des amis trop bruyant elle n'avais pas pu y parvenir et comptait bien le faire aujourd'hui. Rappelée à elle par le bruit de la rue qui s'animait, elle abandonna sa khon'sole et sortit. " Louis-Seize !! appela-t-elle. Viens mon chienchien, on va se promener. Oooooh, vraiment tupuducul !" dit-elle avec une air désapprobateur lorsqu'elle vit son chien, sale et ébouriffé d'avoir couru après un chacha dans les poubelles. Celui-ci lui jeta un regard penaud et suivit sa maîtresse qui s'engageait déjà dans la rue pleine de monde.

_________________
la plus grave maladie du cerveau c'est de réfléchir
" il nous embête on l'élimine , c'est le théorème de la mafia " CAKE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bouh
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1124
Age : 26
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Meurtre à Astrub   Mar 29 Juil 2008 - 19:54

La sacrieuse allait d'un étal à un autre, sans but précis là où ses pas la portaient. Alors qu'elle s'arrêtait à la boutique du bijoutier pour lui demander s'il avait une proposition de travail elle cru entendre quelqu'un l'appeler : "Lilie !! Lilie !!". Elle se retourna et aperçut une chose hirsute et pleine de poils courir vers elle :
- Aaah, aaah, pfouh, Lilie, enfin j'te rattrape dit le sadida à bout de souffle.
- Ah Flo ? Qué que tu fais ?
- Je cherche du boulot.
- Wé mwa aussi...
- Bah alors on va chercher ensemble non ?
- Mwé...
- Sinon t'as pas de nouvelles de gens ?
- Bapt
- Quoi Bapt ?
- Bapt !! Hey Bapt !!!
Aussitôt elle détala dans la foule, Flo la suivant comme il pouvait (ses poils s'accrochant aux divers appareils présents sur les étals), il arriva enfin devant l'étal de l'apothicaire où l'attendaient une sacrieuse surexcitée et un éca à plat.
- Bapt qu'est ce qui t'arrives ? T'as pas l'air en forme.
- Il a la gueule de bois !! rugit Lilie.
- Shhhhhht parle pas si fort, couina Baptiste.
- Ooooh, et avec qui ?
- Ton cousin Pj, pis on a essayé de fumé les fleurs de blop qu'on a droppées hier.
- Et alooow ?! Et aloooow ?! questionna Lilie.
- Essayez jamais... Une potion contre la mal de tête s'il-vous-plait, merci.
- Dis t'aurais pas du boulot pour nous ?
- Faut voir... Euh on va se boire quelque chose et je vous explique.
- Bah t'as pas assez bu hier soir ??
- Tssss, alcoolow... marmonna Lilie.
- ... Là j'ai soif d'eau...
Quelques instants plus tard nos compagnons se retrouvèrent attablés à la terrasse de la célèbre auberge La Poupée Assoiffée pour siroter une tisane.
- Bon alors tu nous expliques ? demanda Flo
- Ben en fait, y'a eu un meurtre hier soir, dit Bapt.
- Naaaaaa ??? s'écria aussitôt Lilie
- Si, on a retrouvé le corps ce matin.
- Et tu te rappelles de tout ça malgré ta gueule de bois ?
- J'ai de l'entrainement... Bon tu la veux cette explication ou pas ?!
- D'ac t'énerves pas !!
- Le corps a été trouvé sur la place des pendus, une sram. On dit qu'elle était connue pour pas fumer que du tabac... À mon avis elle était complètement shootée pour avoir eu la connerie d'aller là-bas de nuit, commenta l'éca.
- Encore une... Tu la connaissais ? demanda le sadida.
- Non pas vraiment, de loin. Pourquoi encore une ?
- Y'a de ça un peu moins d'un mois on a retrouvé le cadavre d'une crâ sur cette même place. Elle avait été étoufflée, lui expliqua Lilie. Mais le plus étrange c'était la mise en scène, elle avait été entièrement peinte en orange...
- Et j'ai entendu parler d'un cas similaire, un panda, ajouta Flo.
- Bizarre... La sram aussi était peinte en orange. Bon ça commence à m'intéresser tout ça, z'en dîtes quoi ?
- Je prends !! s'exclama Lilie.
- Pareil je suis partant, répondit Flo.
- Ben alors c'est quoi ce raffut ici ?!
Les trois aventuriers se retournèrent d'un bond pour découvrir la gérante de l'auberge campée derrière eux, un pot de nutella à la main et un sourire malicieux aux lèvres.
- Mamaaaaa !! hurla Lilie
- Salut Manon, dirent Bapt et Flo
- Lilie !! Abritie !! Kécé y se passe pour que vous fassiez tant de bruit ? demanda la gérante.
- Ben t'es au courant qu'il y a eu un meurtre ?
- Quand même ! Tout le monde parle que de ça dans l'auberge. Pis au fait, je vous ai amené un pot, dit-elle en brandissant fièrement le nutella.
- Miciiii, s'exclama Lilie
- Du nutella, mwouahahah, jubila Flo, mais... Y'a pas de cuillères, bouh-lette... c'est de la torture...
- Atta, (elle inspire un grand coup) NAAAAABOOOOOOOT !!! Quatre cuillères ici et plus vite que ça !!! hurla Bouh
- C'est bon ! Pas la peine de crier, je suis pas ton esclave. Tiens coucou les gens ! Dit un petit être vert avec des ailes en posant les cuillères sur la table.
- Coucou nabot ! répondirent les habitués.
- VIIIITE ! On te demande au bar !!
- Ouais j'y vais … reugneugneu …. Pourquoi j'ai demandé un emploi ici moi … grrrrrrrrr, grommela l'eni en trainant des pieds vers le bar.
- Au fait, toi qui sais tout... Arrête de te pâmer, je rigolais ! dit Bapt
- Arf, pour une fois que tu me faisais un compliment... répliqua Manon.
- Bon pour reprendre, est-ce que t'en saurais pas plus sur la victime ?
- Bah... Si, c'est Marinou, la sram qui était toujours affalée sur la table qui fait l'angle, une débauchée celle-là...
- Et sur les meurtres précédents ?
- Des gens très différents, rien en commun.
- Et pourtant ils sont liés, réfléchit Lilie, des personnes choisies au hasard pour être tuées ?
- Probablement. Un fou fan de orange ? supputa le sadida.
- Un peu tiré par les cheveux, le contredit Baptiste. De toute façon, le seul moyen de le savoir c'est d'enquêter. On va aller faire un petit tour sur la place des pendus.
- Arf mouais mais on reste pas trop longtemps !! s'exclama Flo.
- Hihi, ben vous revenez dès que vous avez du nouveau. Je veux savoir !! NABOT ! Pas comme ça les verres à bière !! Bon je file, c'est vraiment un incapable.

_________________
"Quand on a trop mangé, l'estomac le regrette et quand on n'a pas assez mangé l'estomac le regrette aussi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naindesbois
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 292
Age : 28
Date d'inscription : 26/08/2006

MessageSujet: Re: Meurtre à Astrub   Mar 29 Juil 2008 - 19:57

Une silhouette mystérieuse se faufila à travers les ruelles sombres d'un des quartiers mal famés de la ville et se glissa furtivement à l'intérieur d'une masure à moitié écroulée. Elle slaloma entre les débris éparpillés par terre puis sembla choisir une poutre au hasard qu'elle souleva pour dévoiler une trappe cachée dans le sol. La silhouette s'y engouffra, la trappe claquant en se refermant derrière elle.
- Bonsoir, dit elle en s'avançant.
La pièce était vaste et haute de plafond et semblait avoir été creusée dans la roche d'un bloc, comme si la pierre s'était volatilisée, ne laissant que des parois lisses et nues parsemées de nombreuses petites niches. Des torches fixées au mur diffusaient une faible lumière ne suffisant pas à dissiper la pénombre qui régnait dans l'étrange salle. Sur le sol, une rosace gravée occupait la majeure partie de l'espace, ses lignes donnaient l'impression d'onduler comme des serpents et convergeaient au centre de la pièce où trônait sur un piédestal une statue gigantesque représentant une Cawotte. Une femme se tenait devant celle-ci, frêle silhouette devant l'imposante statue.
- Il est à peine 11h du matin … répondit-elle
- Oui mais … les srams ne vivent que la nuit, rétorqua la silhouette en abaissant son capuchon pour dévoiler son visage. Le sacrifice a été accompli, un inconsciente qui a croisé mon chemin sur la place des pendus.
- Bien.


Revenons à nos aventuriers qui prenaient résolument la direction de la place des pendus.
- J’aime pas cette place … frissonna Flo.
- Mouais , mais est-ce que le corps sera toujours à sa place ? demanda Lilie.
- Je sais pas, j’espère … y’a pas grand monde par ici ….
- Etrange non ? C’est juste le quartier le plus mal famé d’Astrub !!! dit Flo
- On raconte que ceux qui habitent ici kidnappent les gens pour les éviscérer et ensuite manger leurs entrailles plantées sur des pics à brochettes !! dit Lilie
- T’es con ….. soupira flo
- On arrive c’est la rue suivante.
- Rue , c’est plutôt une ruelle ….et pas accueillante la ruelle, commenta Lilie.
- Oui ben c’est là quand même.

En effet, au beau milieu de cette ruelle en question, se trouvait un petit paquet compact de personnes qui parlaient entre elles à voix basses. Baptiste passa le premier d’un pas résolu, et du jouer des épaules et des coudes pour arriver à traverser. Les autres le suivirent docilement. Ils découvrirent alors le cadavre de Marine.
- Faut le savoir qu’elle est morte , si tu enlèves cette affreuse couleur orange, on dirait juste qu’elle est en train de cuver … dit Flo
- Mwouais , encore une alcoolow …,murmura Lilie en jetant un regard en coin à Baptiste.
- On dirait qu’elle a été étouffée …
- Comment ça ????
- Regarde sa bouche, répondit Bapt en pointant du doigt la bouche en question.
- On dirait qu’il y a quelque chose qui dépasse ….
La foule de curieux commença à se disperser sous l’injonction de la milice de Bonta qui prenait possession de la scène du crime.
- Circulez !!! Y’a rien à voir ! Allez du vent !
- Bonjour Commisaire, salua l’éca en s’approchant, c’est nous qui reprenons l’enquête.
- Ah, je vous attendais. Bon eh bien je vous la laisse, bon courage leur souhaita le Commissaire en s’éloignant.
- Wé c’est ça, merci .. grommela Lilie.
- T’as pas fini de râler tout le temps, la gronda Flo
- Tu m’as déjà vu pas râler ?
- Non…
- Bon alors, arrête de faire des réflexions stupides !
- Vous avez pas bientôt fini vous deux, se désespéra Bapt. Allons plutôt voir ce qu’elle a dans la bouche.
- Beurk, vu d’ici on dirait que c’est vert et poilu … commenta flo en se penchant sur la victime.
- Un mini sadi en peluche ???
- T’es con …
- Attendez , dit Bapt, et c’est avec une grimace de dégoût qu’il plongea sa main griffue dans la gorge de Marine pour en retirer l’objet.
- Une cawotte !!!! s’exclama Lilie
- Haha c’est la signature du criminel !!!! dit bapt
- Une cawotte ? demanda Lilie, septique.
- Mais oui, c’est presque marqué dessus !!!
- Ha bon ? dit Lilie en regardant attentivement la cawotte que tenait Baptiste.
- Mouais, et ça vient de qui ?questionna flo
- D’un marchand de cawottes !! continua bapt
- Et pourquoi pas un wabbit fou et enragé tant t’y es ?
- Ah oui, je m’égare un peu …
- Un peu …. Tout est relatif …ironisa Lilie.
- Ben on a finit ici non ? parce que là, j’ai faim, dit flo.
- On retourne chez mama ?
- Woay !!
- Je vais juste passer au commisseriat pour demander qu’on évacue le corps, on va pas le laisser pourir là !
- Boarf au point où elle en est… bon, bon d’accord on passe commisseriat avant, dit rapidement le sadida devant le regard noir de Lilie.

_________________
la plus grave maladie du cerveau c'est de réfléchir
" il nous embête on l'élimine , c'est le théorème de la mafia " CAKE


Dernière édition par naindesbois le Mar 29 Juil 2008 - 20:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bouh
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1124
Age : 26
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Meurtre à Astrub   Mar 29 Juil 2008 - 19:59

Après avoir fait un détour au commissariat, ponctué par les gargouillements et les grognements de Flo, les trois amis se retrouvèrent une fois de plus à l'auberge de la dynamique sadida aux cheveux violet.
- Aaaaaah, soupira d'aise Flo en voyant arriver l'assiette généreusement remplie, de la nourriture !!
- Tu baves... fit remarquer Lilie.
- Hugnm ? demanda le sadida la bouche pleine.
- Nan rien oublie... répondit-elle, dépitée.
- Même pas un merci de rien du tout, grommela nabot qui les avait servit, tous des ingrats.
- Merppshiiii, postillonna Flo.
- Eurk ! cria le nain dégoûté en se sauvant.
- Dîtes ça vous fait rien si on en revient à l'enquête au lieu de se goinfrer ? demanda Bapt, acerbe.
- Se goinfrer ?! s'indigna Flo qui se rétracta bien vite devant le regard réprobateur de la sacrieuse. J'ai fini de toute façon, bougonna-t-il.
- Résumons, on a trois cadavres, tous peints en orange et retrouvés sur la place des pendus.
- Et probablement tous morts étouffés avec une cawotte, ajouta Lilie.
Un silence songeur s'installa sur la tablée.
- Ben vous en faîtes des têtes, c'est votre enquête qui vous met dans un état pareil ? demanda Mama en surgissant de nul part.
- Un peu ouais … dit Bapt
- Oooh racontez moi tout ! Pendant que je demande le dessert : crèpes banane nutella, un régal !
- Maaaannger !!! s’écria Flo
- Shhhhttttt , s’énerva Bapt, bah en fait, c’est ce qu’on disait, on a trois cadavres avec chacun une cawotte dans la gorge et c’est tout… on est pas plus avancés…
- Hummm je crois que je connais quelqu’un qui pourrait vous filer des infos. Mais le connaissant ça m'étonnerait que ce soit gratuit... songea-t-elle.
- Pourquoi pas, ça peut servir.
- Bah revenez ce soir, juste avant la fermeture, il est là tous les soirs, toujours à la table sous l’escalier, il se remarque facilement, il est pas très grand, avec une cape et un capuchon qu'il baisse jamais. Vous êtes partants ?
- Miam ché bon les banchanes au nuchtella.
- Mais qué que je fous là mwa !! se lamenta Lilie.
- Bon je vous réserve une table ? Ce soir c’est ours à la bière si ça vous dit.
- Manger !!!!
- Mais t’arrêtes Flo !!! On va finir sur la paille à cause de ton estomac si ça continu !!
- Pas juste...
- On viendra juste avant la fermeture.
- Aucun problème, je ferai le ménage tant que vous aurez pas fini la discussion.
- Merci Mama.
- Pas de quoi. Vous êtes mes meilleurs clients, ajouta-t-elle avec un sourire malicieux en s’éclipsant avec les assiettes.
Nos trois héros se donnèrent donc rendez-vous le soir même et partirent chacun de leur côté afin de prendre un peu de repos. En arrivant chez elle la jolie sacrieuse nota néanmoins que quelque chose n'allait pas.
- Mais kécé c'est qu'ça... J'étais pourtant sûre d'avoir fermé la porte à clef en partant...
Elle vérifia que ses dagues coulissaient bien dans leurs fourreaux et poussa prudemment la porte qui s'ouvrit dans un grincement. Tout était semblable à lorsqu'elle était partie dans la matinée.
- Rien... J'ai dû me tromper, se dit-elle, l'air perplexe.
Elle déposa ses affaires par terre avec un soupir de soulagement et se dirigea vers la cuisine pour mettre de l'eau à chauffer. Elle sortait une tasse d'un placard quand elle découvrit un coin de parchemin couvert d'huile posé sur sa table, un mot était écrit dessus dans une écriture serrée et difficile à déchiffrer : abandonnez l'enquête ou vous serez notre prochaine victime et c'était signé TPDFDC.
- Pfffff, comme si j'allais avoir peur, soupira Lilie. Mais je pensais pas qu'ils seraient au courant qu'on enquête sur les meurtres...
Elle fourra le papier dans sa poche, prit sa cape et ressortit dans la rue, il était temps d'y aller sinon les deux rabats-joie lui reprocheraient encore d'être sans arrêt en retard.

_________________
"Quand on a trop mangé, l'estomac le regrette et quand on n'a pas assez mangé l'estomac le regrette aussi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naindesbois
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 292
Age : 28
Date d'inscription : 26/08/2006

MessageSujet: Re: Meurtre à Astrub   Mar 29 Juil 2008 - 20:03

- On a faillit t’attendre, l’accueillirent le sadida et l’éca lorsqu’elle les rejoignit dans l’auberge.
- Désolée j’ai eu un léger contre-temps, répondit-elle en s’asseyant à leur table. J’ai trouvé ça sur la table quand je suis rentrée, dit-elle en leur montrant le bout de parchemin.
- Une menace ? s’enquit Flo
- On dirait bien, en tout cas une chose est sûre maintenant, les trois meurtres sont bien liés. Et ça pas l’air de leur plaire qu’on fourre notre nez là dedans, observa Baptiste.
- Mwé, ce que j’aimerais savoir c’est pourquoi c’est à mwa qu’ils ont envoyée cette menace.
- Parce que tu es une faible femme, lui répondit finement le sadida.
- Et mes dagues dans ta grosse bedaine ? tu veux voir comme elles sont faibles ? rétorqua-t-elle.
- Même pas peur d’abord … pis tes dagues sont pas taille fasse à mon bâton.
- Excuse toi tidsuite.. le menaça-t-elle.
- Même pas en rêve !
- Bon ça suffit, Flo tu t’excuses et Lilie tu remets tes dagues à leurs places. Vous êtes vraiment des gamins, j’y crois pas, se lamenta Bapt.
- Pas juste… bougonna Flo.
Un regard insistant de Baptiste le fit se tourner vers la sacrieuse
- Désolé pour ma remarque déplacée … marmonna-t-il.
- Quoi ?? Tu parles pas assez fort, je comprends rien ! le titilla la sacrieuse.
- Oh ça va t’as très bien entendu !!
- Mama me dit de vous dire que l’homme que vous veniez voir est ici, les interrompit nabot, un balai à la main en leur pointant du doigt une silhouette encapuchonnée assise à une table sous l’escalier.

Ils se tournèrent la tête vers la table. La personne qui s’y tenait était de très petite taille et on n'apercevait que ses mains, couvertes de bandelettes jaunâtres, seules parties non recouvertes par sa cape noire.
Nos compagnons traversèrent la salle pour arriver près de la table sous l’escalier.
- Heu … bonsoir … commença Baptiste, on … on aimerait vous entretenir d’un sujet un peu particulier ….
Dès qu’il avait commencé à parler, les yeux de l’inconnu avaient brillé d'une fugace lueur rouge dans l’ombre de son capuchon et ses doigts s’étaient arrêtés de tapoter sur la table. Il releva imperceptiblement la tête pour dévisager les trois inconnus qui ne lui étaient pas si inconnus que ça.
- Asseyez vous et écoutez moi attentivement, dit-il avec une voix glaciale et caverneuse, commandez des bières, j’ai soif.
- Hep mama quatre bières par ici s’teu plait !!
- Tout de suite !!!répondit celle-ci.
- Bon, je sais ce qui vous amène vers moi ..
- Aaaahhh ?
- Oui, je sais tout ce qu’il se passe dans cette ville, dès que vous bougez un orteil dans votre sommeil je suis au courant.
- Et comment vous savez tout ça ? demanda Lilie.
- Je sais, c’est tout.
- Ah , et , comment doit-on vous appelé ? monsieur- qui-sait-tout ?
- Appelez moi Devil, mais que ce nom reste scellé sur vos bouches impies !!
- Voilà vos bières !!! Coucou vilou, comment va ce soir ??
- Raaaaa Manon tu me casses tous mes effets !!!! glapit Devil d’une voix tout de suite moins caverneuse.
- Rooo désolée, bah je file, j’ai une auberge à nettoyer moi.
- Bon et notre affaire alors ? reprit Bapt, courroucé.
- Les meurtres qui vous intéressent sont l’œuvre d’une secte de fanatiques.
- Une secte ? Qui se nommerait TPDFDC ? s’enquit Lilie en se rappelant l’étrange signature.
- Je suis désolé mais je suis pas un dieu … je ne sais pas tout.
- Mais … commença Lilie en ouvrant béatement la bouche, vous venez de nous faire tout un cinéma pour …
- Je sais qu’ils perpètrent ces meurtres dans un but bien précis ! la coupa la momie, et que l’échéance aura lieu dans moins d’un mois. Le reste, c’est à vous de le découvrir.
Devil abaissa son capuchon et sirota sa bière.
- Quoi ? pourquoi vous me fixez comme ça ? demanda-t-il en voyant les regards que les trois amis lui jetaient.
- Vôtre crâne … une bandelette… répondit Flo en le pointant du doigt, un tic nerveux agitant son œil.
- Eh bien quoi ? questionna-t-il en se tâtant le front. Oh ce n’est que ça qui vous met dans un état pareil, il y en a une un peu décollée, rien de plus, dit-il en passant la main sur une bandelette pendante, où l’on apercevait le nombre 34830 inscrit sur l’envers, pour la recoller.
- Passons… Il est déjà tard, on se prend un dernier verre et on décolle, proposa Flo. Tu préfères un thé Lilie peut-être, petite nature que tu es … lui lança-t-il malicieusement en s'attendant à tout moment à une réaction enflammée de la part de la sacrieuse.
- Du thé … !! commença-t-elle furibonde comme s'y attendait le sadida. Tu vas … s'interrompit-elle. Aaah ! Mon eau!! s'écria-t-elle, les yeux écarquillés en se rappelant la casserole d'eau qu'elle avait mise à chauffer et avait laissée en plan pour venir ici. Je file! A demain, ici, 9h!!
- Hé mais Lilie, attend!! Trop tard…Qu'est-ce qui lui a pris, demanda Flo, perplexe en se tournant vers l'éca.
- Alors là, aucune idée, répondit-il en haussant les épaules. Bon, on se le prend ce dernier verre ?!

_________________
la plus grave maladie du cerveau c'est de réfléchir
" il nous embête on l'élimine , c'est le théorème de la mafia " CAKE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naindesbois
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 292
Age : 28
Date d'inscription : 26/08/2006

MessageSujet: Re: Meurtre à Astrub   Mer 30 Juil 2008 - 21:49

Le lendemain, à l'heure dite, ou presque, le sadida, l'éca, et la sacrieuse ( encore en retard ) se retrouvèrent comme prévu devant l'auberge de La Poupée Assoiffée.
- Désolée pour hier soir, s'excusa Lilie.
- La tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard, chantonna doucement Bapt, l'air absent.
- Quoi ?
- Hein? Non rien, se reprit-il. Bon, je propose qu'on aille enquêter aux abords de la place des pendus, il doit bien y avoir un indice. En plus, si c'est bien l'œuvre d'une secte, comme nous l'a dit Devil, le fait que les trois victimes aient été tuées aux alentours de cette place n'est pas un hasard. Leur repère doit pas être très loin …
- Arf non encore la place des pendus ….. vous savez bien que j'aime pas aller là bas.
- T'arrêtes d'être chiant …. On a pas trop le choix.
- Si on peut aller chez mama manger quelque chose.
- Abriti , soupira Lilie.
Toute cette distrayante conversation avait amené nos compatriotes vers la célèbre ( ben oui depuis le temps qu'on en parle ) place des pendus.
- Bon ben maintenant qu'on y est, on fait quoi? Demanda Flo.
- On cherche quelque chose qui pourrait nous donner un indice.
- Comme un truc qu'on a pas l'habitude de voir qwoa ? s'enquit Lilie.
- Ouais .. dans le genre …
Sur ce nos compagnons se dispersèrent légèrement mais toujours de sorte à pouvoir se voir ( ben oui on ne sait pas ce qu'il peut arriver vers cette place ). Pendant des heures ils cherchèrent ce "quelque chose", en vain, et, les yeux rivés sur le sol, ils ne virent pas arriver l'attaque.
En effet une grosse poignée d'individus arriva furtivement dans la ruelle qu'ils étaient en train de parcourir. La premier s'élança d'un bond souple vers Lilie dans le but de la ceinturer, au dernier moment celle-ci repéra un mouvement du coin de l'œil et eu juste le temps de s'écarter, les bras de l'assaillant se refermant sur le vide. Elle réagit en une fraction de seconde en mordant avec force dans le bras qui était à quelques centimètre d'elle. Ce fut ce hurlement qui alerta ses deux compagnons, ils se retournèrent d'un seul bloc, Flo délogea le bâton qu'il portait toujours entre les omoplates, Bapt dégaina son épée et Lilie, ayant laissé son attaquant sur le carreau sortit ses dagues. Mais la sacrieuse était toujours à l'écart de ses deux amis, et ceux ci eurent à résister à une vague d'assaillants, il en arrivait de partout, Flo en balaya quelques un en faisant de grands cercles avec son bâton, pendant que Bapt croisait le fer avec 3 ennemis en même temps. Un de ceux-ci l'attaqua avec un coup d'estoc, l'éca le para de justesse, mais ce n'était qu'une feinte, un autre ennemis passa sous sa défense pour lui faire une longue coupure le long de la cuisse. Bapt poussa un hurlement de rage et redoubla d'effort pour maintenir ses assaillants à distance tout en se rapprochant de Flo. Celui ci se battait comme une diable avec son bâton qui servait à la fois à parer et à attaquer. L'ennui ( ou l'avantage ) d'un bâton c'est qu'il a une grande portée et qu'il a deux bouts dont notre ami Flo savait (fort heureusement pour lui) bien se servir. D'un coup d'épaule, il rentra dans un ennemis puis l'assomma d'un coup sec de bâton sur la tempe, en même temps il obligea un autre attaquant situé sur sa gauche à reculer pour éviter le deuxième bout du bâton. L'instant d'après il se baissa pour faucher les jambes des ses adversaires, c'est alors que l'un d'eux, plus vicieux lui fit une belle estafilade sur l'épaule gauche, le sadi recula instantanément pour se retrouver dos à dos avec Bapt. Pendant ce temps là, Lilie, seule, se débattait farouchement. Elle en avait déjà blessé deux qui avaient baisser leur garde en croyant qu'elle serait plus faible que ses compagnons. Elle se pencha en avant pour balafrer le plus proche de ses assaillant, malheureusement elle fut victime d'un coup de bâton dans le ventre, ce qui eu pour effet de lui couper le souffle. Voyant que le cercle des ennemis se réduisait autour de ses compagnons elle tenta le tout pour le tout, elle sprinta pour s'élancer entre les jambes de ses adversaires, glissant sur les pavés lisses et humides de la ruelle, et arriva aux pieds de Bapt en ayant cisailler quelques mollets. Elle se releva d'un bond pour prendre place aux côtés de ses compagnons. Tous faiblissaient et les attaquants avaient toujours l'air aussi nombreux malgré les blessés. Les ennemis attendaient qu'ils fassent le premier pas. Lentement ils se rapprochèrent des trois amis, resserrant leur étreinte comme un serpent étouffe une souris. Flo, ne supportant plus cette immobilité chargea ses assaillant, les deux autres le suivirent, ils n'eurent le temps que de blesser au plus un homme chacun avant de se faire maîtriser. Flo reçut un coup de bâton sur le crâne ce qui le laissa inerte sur le sol quelque temps, Bapt fut désarmé et contraint au calme par un poignard sur la carotide et Lilie fut sauvagement jetée par terre et immobilisée, la tête sur les pavés sanglants de la ruelle. Tout semblait perdu, quand tout un coup, arriva une feca blonde plutôt joyeuse, elle avait des écouteurs dans les oreilles , les yeux fermés elle suivait la ruelle, une main sur un mur, tout en chantant d'une voix forte " Heute sind wir hieeeeer, die welt bleibt vor der Tüüüüüür. Was jetzt zählt seid iiiiiiiihr, wo sind eure Hände? chaos im System, auch wenn wir untergeheeeeen. Ich will euch alle seeeeeeehn. Wo sind eure Hände? eure Händeeeeee, eure Händeeeeee. ". A la première phrase les ennemis s'immobilisèrent, à la seconde ils se retournèrent comme un seul homme vers la source de ce bruit, à la troisième ils laissèrent tomber leur armes, à la quatrième ils reculèrent, frappés d'effrois et à la cinquième ils s'enfuirent en hurlant.

_________________
la plus grave maladie du cerveau c'est de réfléchir
" il nous embête on l'élimine , c'est le théorème de la mafia " CAKE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bouh
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1124
Age : 26
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Meurtre à Astrub   Ven 1 Aoû 2008 - 18:37

- Heeeeey ! On dirait que j'arrive à temps ! déclara l'étrange feca aux trois rescapés, encore abasourdis par l'arrivée en fanfare de leur sauveuse inattendue.
- Qui es-tu ? lui demanda Baptiste pendant qu'il aidait Lilie et Flo à se relever.
- Justine ! Mais vous pouvez m'appeler Ju... Je passais par là quand j'ai entendu du bruit, alors je suis venue voir et comme vous étiez en difficulté j'ai décidé de vous aider en utilisant ma technique TH. Impressionnant hein ?! se vanta-t-elle, un grand sourire en tranche de courge illuminant son visage.
- Assez... inhabituel je dirais. Mais efficace ! la complimenta Flo. Oulaaaa, ma tête, ils y sont pas aller de main morte, geignit-il.
- Vous êtes bien des hommes vous ! s'exclama Lilie. Aucunes manières, leur reprocha-t-elle. Je pense qu'on doit des remerciements à notre nouvelle amie. Enchantée, moi c'est Lilie, se présenta la sacrieuse. La chochotte là c'est Flo, et l'éca avec sa grande épée c'est Bapt.
- Ah oui... Merci... dirent les deux intéressés, gênés, le sadida regardant ses pieds et l'éca se grattant la tête.
- Bah, c'est rien, répliqua Ju. Si vous m'expliquiez ce que vous faisiez dans cette galère plutôt ?
- Que dirais-tu de prendre un verre, et un bon repas pendant qu'on te raconte toute l'histoire ? lui proposa Lilie.
- Bonne idée ! J'ai faim ! saliva le sadida.
- Ça change pas de d'habitude... fit remarquer Bapt.
- Ben allons-y ! fit la feca. Mais avant, je vais vous faire des bandages pour vos blessures, vous avez l'air en piteux état, fit-elle remarquer en les détaillant.
- Moi c'est bon, déclara Lilie. C'est leur sang à eux, fit-elle en désignant du pouce les cadavres de quelques uns de leurs assaillants.
- « Leur sang à eux », gnignigni, crâneuse ! lui lança Flo qui se tenait l'épaule, un air de martyre accroché au visage. On t'a protégé au péril de nos vies avec Baptiste, c'est tout !
- Wé bien sur, à deux mètres de moi, c'est évident, railla-t-elle.
- Aïe ! s'exclama Baptiste alors que Ju lui bandait la cuisse. Sers pas autant !
- Oh la la, c'est qu'une égratignure, arrête de geindre. Fais moi donc voir ton épaule le grand « héros », dit-elle en se tournant vers le sadida.
- Doucement ! Brute ! s'indigna-t-il alors que la feca finissait de le soigner.
- Je t'avais bien dit, des chochottes, souffla Lilie à l'oreille de Ju.
- On a entendu ! lui répondirent-ils en la foudroyant du regard.
- C'était le but, dit-elle d'un air malicieux. Bon maintenant que les grands blessés sont soignés allons-y ! Je commence à en avoir marre de ce sang tout poisseux.

Quelques instants plus tard Flo, Bapt, une Lilie rayonnante dans une des tuniques de Manon et leur sauveuse étaient assis autour d'une table de ce qui était devenu leur quartier général, l'auberge La Poupée Assoiffée.
- Incroyable, donc logiquement vos attaquants étaient des mercenaires ou des membres de cette mystérieuse secte, déclara la blonde feca une fois qu'ils lui eurent raconter toute l'histoire.
- Sûrement, ça doit vouloir dire qu'on est sur la bonne voie en fouinant là-bas, réfléchit Baptiste.
- Voilà vos commandes ! fit une voix enjouée. Tiens Ju, powet. Je savais pas que vous vous connaissiez, s'étonna-t-elle, son regard pétillant passant de la feca aux trois amis.
- Elle nous a sauvé la vie tout à l'heure, se lança Lilie, racontant à la sadida l'épisode de l'attaque dans la ruelle.
- Ah je vois, la fameuse technique TH de Ju, dit-elle malicieusement.
- En fait, d'où tu la connais ? interrogea Flo entre deux mastications.
- On s'est entrainées dans la même unité de combat avec Ju, l'unité IDap, c'est là-bas qu'elle a développé sa technique. Devil était avec nous d'ailleurs.
- Une unité de combat ? s'étonna Bapt.
- Tu croyais quand même pas que j'avais tenu une auberge toute ma vie, plaisanta la sadida.
- Je me suis jamais trop posé la question à vrai dire...
- Convertissez-vous !!! cria une voix venue de nulle part qui fit sursauter les cinq amis. La voix appartenait à un étrange sacrieur à la peau complètement rouge. Convertissez-vous au culte du saucisson ! continua-t-il.
- Encore avec tes délires de saucisson Fab, s'esclaffa Mama.
- Du saucisson ? demanda Flo, les yeux brillants.
- Fab a fondé une religion en hommage au saucisson, il est persuadé que c'est l'avenir de l'humanité.
- Oh... dit Lilie, perplexe.
- Il ne faut pas sous-estimer le pouvoir d'un saucisson ! déclara le sacrieur qui s'éloignait déjà. Le saucisson vaincra !!
- On rencontre de tout par ici... songea Bapt.

_________________
"Quand on a trop mangé, l'estomac le regrette et quand on n'a pas assez mangé l'estomac le regrette aussi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naindesbois
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 292
Age : 28
Date d'inscription : 26/08/2006

MessageSujet: Re: Meurtre à Astrub   Ven 1 Aoû 2008 - 21:41

A ce moment dans un quartier glauque de la ville, une sram courrait à en perdre haleine, ses pas résonnant sur le pavé des ruelles. Elle fut arrêtée par un crâ à l'air patibulaire qui lui demanda de choisir entre sa bourse où sa vie, la sram le cloua au mur d'un coup de poignard et repartit tout aussi vite. Avec la discrétion d'un sadida endormi, la sram défonça littéralement la porte d'entrée d'une vieille maison abandonnée puis la claqua derrière elle. Après multiples couloirs et escaliers, elle arriva dans une grande salle, à bout de souffle.
- Eh bien? Que ce passe-t-il pour que tu viennes me déranger à une heure pareille ? demanda une silhouette qui se tenait à l'ombre d'une gigantesque cawotte.
- C'est que ….. les gêneurs … dit la sram de manière saccadée
- Oui ? Ils sont hors d'état de nuire maintenant ?
- Ben… heu… pas tout à fait … je dirais même qu'ils se portent plutôt bien, avoua-t-elle, dépitée.
- Comment ça ?
- Nous les avons sous estimés, ils ont réussit à mettre en fuite tout l'escadron que nous leur avons envoyer.
- Diantre, il faut donc prendre des mesures radicales … le temps que le rituel soit accompli … on passe au plan CGPCQLM !
- Heu ….c'est à dire ? lui demanda la sram, sceptique.
- Le plan Contre les Gêneurs Plus Costauds Que La Moyenne, expliqua son interlocutrice, imperturbable. Tu sais ce qu'il faut faire ?
- Bien sûr! Cela fait six mois que j'attends une occasion de pouvoir réutiliser cette technique!
- Alors l'affaire est réglée.


A l'auberge, les principaux concernés continuaient à parler ( oui, donc à dire des conneries, c'est vrai, mais il faut être un peu diplomate quand on écrit vous savez ) sans se douter du danger qui les guettait. C'est ainsi qu'ils abordèrent des sujets de la plus haute importance:
- Mais bien sûr que non! Il faut le mettre avant! C'est super important ! s'indigna Flo.
- Je vois pas en quoi le fait de mettre le nutella avant de chauffer la tartine va changer quelque chose … lui répondit Baptiste, un pli soucieux lui traversant le front.
- Ben tu vois, si …
- Hé ! les interrompit Lilie. J'viens d'avoir une idée géniale!
- Impossible, elle bluffe, chuchota l'éca à l'intention du sadida qui pouffa de rire.
- Vous m'écoutez ou pas !? fit la sacrieuse avec un regard glacial.
- Oui, oui …
- Le tueur utilise des cawottes pour étouffer ses victimes, non?
- Effectivement…
- Donc il faut aller à la source !
- Euh…. Je vois pas bien où tu veux en venir là Lilie, dit Bapt.
- Tu veux qu'on aille explorer tous les potagers des environs, demanda Flo, plus que sceptique.
- Mais qui m'a fichu des empotés pareils, se lamenta-t-elle. Je veux parler de l'île des wabbits. Après tout c'est de là que vient la cawotte. Le fait que le tueur en utilise doit pas être le fruit du hasard, surtout s'il est membre d'une secte, tout doit être mûrement réfléchi.
- Incroyable, elle a vraiment eu une bonne idée, ironisa Flo.
- On a plus qu'à trouver un bateau pour aller là-bas, renchérit l'éca.
- Ju, tu nous accompagnes? Demanda Lilie.
- Hein ? s'enquit la feca en relevant la tête pour s'arracher à la contemplation de sa chope de bière. Ah, non merci, j'ai des choses à faire ici.
- Ok, donc c'est réglé, déclara Lilie. demain on se met à la recherche d'une embarcation, et on se rend là-bas dès que possible.

Le lendemain, tous les trois se retrouvèrent de nouveau à l'auberge pour un débriefing rapide.
- Bon on cherche quelqu'un qui peut nous emmener sur l'île pour pas cher et de préférence quelqu'un qui ai l'air d'un marin confirmé. Ok? résuma Bapt.
- Ok, répondirent les deux autres.
- On se retrouve ici ce soir, à ce soir!
- A ce soir !
Sur ce, ils se séparèrent. Bapt partit d'un pas résolu vers le marché, alors que Flo et Lilie prenaient respectivement la direction du quartier des poissonniers et des pêcheurs.
Concentrons nous d'abord sur Baptiste qui parcourait allègrement du regard les étals du marché. Il trouva enfin ce qu'il était venu chercher: un marchand de légumes. Il prit l'air d'un consommateur et vînt engager la conversation avec le bon commerçant bien rebondi dont l'accent sentait bon la campagne.
- Bonjour! Quelle belle journée dîtes donc !
- Ca, j'vous l'fait point dirrr', répondit le commerçant.
- Et vous avez de beaux légumes dîtes donc !
- Pourrr surr mon bon m'sieur, y viennent tout juste d'arrrrrrivés !
- Mais vous avez beaucoup de clients ici?
- Bahh c'est q'ça dépend, mon bon m'sieur, c'tantôt trrrois qu'j'en avais, hierrr, aucun qui voulait d'mes légumes.
- Une question : les cawottes vous en vendez beaucoup ici?
- C'dépend, beaucoup à des mamies pourrr la rrrratatouille.
- Et vous les faites venir de l'île?
- Crrrévindieu qu'oui, c'est les meilleureess !
- Et qui s'occupent de les amené ?
- J'les fait ramener par drrrragon , c'plus cimple et moins cherrr .
- D'accord, merci beaucoup, bonne journée !
Pendant ce temps, Flo regardait avec intérêt les différents poissons exposés chez un poissonnier. Au bout d'un certain temps celui-ci se rapprocha du sadida :
- Vous achetez ou vous achetez pas?
- Heu … je sais pas, j'hésite … je suis censé me renseigner, votre poisson il vient d'où ?
- Ben d'la mer !! ( touriste )
- Ah, ben je vais vous prendre deux truites alors !
- D'accord, je vous les prépare.
A quelques rues de là, Lilie conversait vigoureusement avec un pêcheur barbu.
- Mais vous allez bien en mer pour aller chercher des poissons ? s'enquit Lilie, exaspérée.
- Peuchère , ben que oui !
- Ah et vous louez pas votre bateau ?
- Bah c'est que, c'est qu'c'est point un bateau , mais une barque!
- Et vous louez pas votre barque ?
- Peuchère, si vous me payer le pastis, je vous emmènerais faire un p'tit tour! dit-il avec un regard aguicheur.
- Jusqu'à l'île des wabbits par exemple ?
- L'île des wabbits? Mais vous êtes pas un peu fada ???? s'exclama le pêcheur.
- Nan, bon, vous savez pas qui peut nous emmener ?
- Bah ici, personne, on est pas fada nous les pêcheurs !

_________________
la plus grave maladie du cerveau c'est de réfléchir
" il nous embête on l'élimine , c'est le théorème de la mafia " CAKE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bouh
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1124
Age : 26
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Meurtre à Astrub   Ven 1 Aoû 2008 - 22:05

Le soir venu, les trois compères firent leur compte-rendu respectif de cette journée épuisante autour d'un bon repas préparé par la pétillante gérante de La Poupée Assoiffée.
- Rien pour moi, déclara Flo.
- Comment ça rien, t'as pas découvert la moindre petite info ? s'étonna Lilie.
- Euh... Savoir que les truites du poissonnier qui fait l'angle de la rue des bouftous sont délicieuses, ça compte ?..
- M'aurait étonné de sa part tiens, soupira la sacrieuse. Il a encore pensé qu'à bouffer...
Le sadida lui jeta un regard faussement contrit auquel elle répondit par un haussement de sourcils sarcastique.
- Bon tant pis, Bapt ? enchaina-t-elle.
- J'ai été voir un marchand de légumes au marché.
- Un marchand de légumes ?! Oh, bravo Bapt ! dit Flo, sarcastique. C'est bien connu qu'on a besoin d'un bateau pour pêcher des légumes !
- Ce marchand m'a confié qu'il se fournit en cawottes venant directement de l'île, continua l'éca. Il les fait venir en dragon, déclara-t-il en jetant un regard triomphal au sadida qui lui tira la langue en retour.
- En dragon... Faudra qu'on se renseigne alors, songea Lilie qui n'avait rien remarqué du combat silencieux entre ses deux amis. Bon mwa j'ai été voir les pêcheurs, pas un seul qui nous emmènerait jusqu'à l'île, avoua-t-elle dépitée.
- Heureusement que j'suis là ! s'exclama Devil, faisant sursauter les trois héros qui ne l'avaient pas entendu arriver. Mamaaaaaaa !! beugla-t-il. Tu veux pas m'amener une bière !? Y fait soif ici...
- Nabot t'en amènes une de suite, lui répondit la sadida de derrière son comptoir.
- Pourquoi toujours moi... geignit le petit être vert en s'approchant de la table. Une bière pour monsieur, une... soupira-t-il en repartant.
- Aaaaah, ça fait du bien ! déclara le xelor. Bon, je sais ce que vous cherchez, fit-il. Et je sais où vous pourrez le trouver.
- Attendez une seconde, dit Lilie. Comment vous...
- On en a déjà parlé ! l'interrompit Devil.
- Mwé, ça m'empêche pas d'être sceptique, marmonna-t-elle.
- J'peux vous mettre en relation avec un de mes contacts à Madrestam. Il possède un navire, y pourra vous emmener jusqu'à l'île.
- Pourquoi à Madrestam ? s'étonna Flo. On peut pas partir d'ici plutôt ?
- J'espère que le fait qu'Astrub ne soit pas une ville portuaire ne t'a pas échappé, lui lança Mama qui suivait la conversation du bar, un soupçon de moquerie dans la voix.
- Évidemment que j'le savais... ronchonna Flo dans une vaine tentative pour se rattraper alors que Lilie levait les yeux au ciel et que Bapt faisait mine de se taper la tête contre un mur.
- Bien sur... dit Devil, le rire dans les yeux.
- Le poisson c'est pas censé rendre intelligent ? demanda discrètement la sacrieuse à l'éca.
- Flo doit être immunisé, lui répondit-il sur le même ton.
Les deux complices explosèrent de rire devant le regard acerbe de leur compagnon qui avait naturellement tout entendu.
- Bien c'est entendu alors, voilà l'adresse, dit le xel en leur tendant un bout de papier. Bonne chance ! leur souhaita-t-il, la porte de l'auberge se refermant sur lui.
- Je propose qu'on rentre se reposer, déclara Lilie. Demain debout à l'aube, on louera des dragodindes pour arriver plus rapidement à Madrestam.
Les trois amis se séparèrent sur ces mots, chacun rentrant chez lui pour y passer la nuit.

_________________
"Quand on a trop mangé, l'estomac le regrette et quand on n'a pas assez mangé l'estomac le regrette aussi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naindesbois
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 292
Age : 28
Date d'inscription : 26/08/2006

MessageSujet: Re: Meurtre à Astrub   Sam 2 Aoû 2008 - 16:55

Le soleil ne s'était pas encore levé, et une silhouette encapuchonnée parcourait déjà les rues plongées dans la brume matinale. Elle se glissa furtivement dans la rue des palmiers et se planta devant une porte. Après une courte hésitation elle poussa doucement sur celle-ci qui s'ouvrit sans peine. La silhouette poussa un soupir d'aise, son travail en serait facilité. Elle se glissa dans l'entrebâillement puis referma la porte silencieusement. Toujours sans un bruit, cette mystérieuse silhouette visita la maison en longeant les murs, elle savait se qu'elle venait chercher ici. Son travail fut enfin récompensé lorsqu'elle aperçut un tas de poils qui faisait un raffus pas possible en ronflant ( NB d'un auteur : c'est véridique ). Dès que la silhouette entra dans la pièce, Piranha se laissa tomber de son perchoir et commença à piailler et couiner dans le but d'avertir son maître. Peine perdue. Le sadida ronflait toujours aussi fort et avec autant de volonté. La silhouette glissa une main dans une des ses poches et en sortit quelque chose qu'elle présenta au tofu enragé, l'effet fut immédiat et le tofu se tut. Elle pouvait à présent accomplir ce pour quoi elle était venue. Le sadida dormait toujours, il était si naïf, avoir oublié de fermer sa porte, les autres avaient été moins négligents. La silhouette se rapprocha jusqu'à ce qu'elle soit à aux côtés du ronfleur, à une distance d'un bras. Juste la distance pour un coup de poignard, pensa-t-elle. C'est alors qu'un doute s'insinua en elle, elle se rapprocha encore plus près, pour pouvoir vérifier que ce sadida était bien celui qu'elle cherchait. Quand le sadida ouvrit un œil.
- AAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHH !!!!!!!!!!!!!!!!! DEEEEEEEEEVIIIIIIILLLLL !!!!!!!!! hurla celui-ci.
- Tiens salut Flo! dit le xélor encapuchonné.
- DEHORS !!!!!!!
- Mais je t'apportes des nouvelles importantes ! protesta le xélor.
- M'EN FICHE ! … DEHORS !!!
- Non, t'es pas de bonnes humeur le matin , les autres étaient plus sympa. dit le xélor en s'asseyant sur le matelas.
- COMMENT T'ES ENTRÉ??? QUOI LES AUTRES ??
- Calme, je t'explique, je suis passé vous voir pour vous dire de faire un saut à l'auberge avant l'ouverture. Les autres étaient déjà debout, donc j'ai eu qu'à frapper discrètement, mais toi, on t'entendait ronfler dans la rue.
- TU PEUX PAS LE PROUVER !!! beugla le sadida qui ne décolérait pas.
- Bref, j'ai poussé la poignée et c'était ouvert, donc je suis rentré.
- Ah? Ouvert? J'ai du oublié de la fermer hier soir … et pourquoi t'as pas frappé plus fort ?
- Je tiens à ma discrétion j'te rappelle.
- Mouais, on doit être à quelle heure à l'auberge?
- Dans 5 minutes.
- QUOI ?! arrrgh vite alors.

_________________
la plus grave maladie du cerveau c'est de réfléchir
" il nous embête on l'élimine , c'est le théorème de la mafia " CAKE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bouh
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1124
Age : 26
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Meurtre à Astrub   Sam 2 Aoû 2008 - 20:27

Cinq minute plus tard, après avoir battu tous les records de vitesse, le sadida accompagné du minuscule xelor arriva à l'auberge où l'attendaient Lilie, Bapt et...
- Ju !? s'étonna le coloré sadida. Qu'est-ce-que tu fais là ? Tu nous accompagnes finalement ?
- Nan, pas du tout, répondit-elle, c'est vilou qui m'a demandé de vous filer un coup de pouce avant que vous partiez.
- M'appelle pas comme ça devant eux ! lui chuchota le xelor, indigné. Tu pourris toute ma réputation ! Quand est-ce-que vous comprendrez ça avec Mama...
- Mouais... Bon suivez-moi, continua-t-elle en se tournant vers les trois compagnons qui la regardaient d'un air perplexe.
La feca les guida à travers la grande salle de l'auberge pour les amener dans une remise derrière le bar. De plus en plus intrigués nos héros la regardèrent ouvrir une porte dérobée à l'arrière de la remise. L'ouverture débouchait sur un tunnel où Ju s'engouffra, suivie par une Lilie aux aguets mais tranquille comme à son habitude, un Flo échevelé et encore ensommeillé, un Baptiste curieux, et un xelor bondissant pour suivre les grands pas des quatre premiers sans s'empêtrer dans sa robe à capuche.
- Wah, mais y'a un vrai réseau de tunnels sous cette auberge, s'étonna Lilie. J'aurais jamais pensé...
- Mama a pas choisi cette auberge pour rien, lui expliqua Devil. Elle a beaucoup de contacts un peu partout qui ont pas toujours des activités très légales. Quand elle a découvert cette auberge et ses souterrains elle l'a tout de suite achetée. Ces tunnels mènent à différentes caches dans la ville.
- Impressionnant, souffla Bapt.
- On est arrivé, déclara Ju en s'arrêtant devant une porte qu'elle ouvrit pour dévoiler aux trois amis une pièce de taille moyenne et bien remplie.
- Des armes ? S'étonnèrent-ils. Qui les a fait ?
- Ju, répondit laconiquement Devil.
- Faut bien se recycler, fit la feca avec un haussement d'épaules.
- Vous avez déjà été attaqués, leur exposa le xelor, si vous allez là-bas, il y a des chances pour que ça se reproduise. Et cette fois Ju sera pas là pour vous sauver la mise, ajouta-t-il.
Regards gênés des concernés.
- J'vous ai mis de côté quelques trucs qui pourraient vous être utiles, dit Justine. Bon voyons...Voilà déjà pour toi Baptiste, dit-elle en tendant une épée et un bouclier à l'éca.
- Mais j'ai déjà une épée ! protesta-t-il.
- Celle-ci est mieux, légère, résistante, bien équilibrée. Elle est faite en kevlar, une matière que j'ai découverte récemment, impossible à casser. Le bouclier aussi, et sa forme arrondie fera glisser les armes dessus fit-elle en tendant les deux objets à l'éca qui les prit avec circonspection. Quant à l'épée, t'as dû deviner qu'en plus d'être en kevlar elle n'était pas vraiment ordinaire, ajouta-t-elle. Ce côté-ci de la lame et particulièrement tranchant. De l'autre côté, la lame est découpée en forme de crochets, un petit crochet au milieu, puis un grand qui forme la pointe de l'épée, lui permettant d'être courbée et ainsi de ne pas rester bloquée comme pourrait l'être une épée droite. Avec ça tu vas pouvoir déchiqueter efficacement tes adversaires ! déclara la feca avec un grand sourire.
Vint ensuite le tour de Lilie. La feca lui tendit trois dagues de lancer et leurs fourreaux, la sacrieuse en fixa une entre ses omoplates et dissimula les deux autres dans le haut de chacune de ses bottes. Ju lui donna ensuite deux dagues à manier pour remplacer les siennes.
- Elles sont un peu particulières, lui expliqua la feca.
En effet, les deux dagues étaient composées de deux demi cœurs, l'un inversé par rapport à l'autre, reliés à la garde par leur sommet. Un premier demi cœur, celui qui se trouvait près des bras, avait sa courbure orientée vers l'extérieure et par conséquent sa pointe vers l'intérieur. Inversement pour le second. Et la courbure du premier continuait parallèlement au manche de sorte qu'elle se confonde avec la pointe du second demi-cœur.
- Ça te demandera un peu d'entrainement pour les manier au début, fit Ju, mais quand tu maitriseras bien la technique ce seront des armes bien plus redoutables que de simples dagues et beaucoup plus fluides. Et elles sont faites dans la même matière que l'épée et le bouclier que j'ai donné à Bapt.
- Et moi ? demanda Flo.
- J'y viens, j'y viens ! lui répondit la blonde feca. Voilà ton nouveau bâton.
L'arme en question avait la forme d'un bâton normal à l'exception de l'une de ses extrémités où une pointe en ivoire d'un blanc éclatant semblait prolonger le bois. En passant la main dessus on ne sentait pas où commençait l'un et où finissait l'autre. Sculpté avec talent le bâton était recouvert d'un entrelacs de feuilles, de lianes et de fleurs qui lui donnait un aspect presque vivant.
- C'est quoi ce bois ?... s'enquit le sadida en contemplant la magnifique arme. J'en ai jamais vu de pareil.
- C'est du bois que j'avais été récupérer sur le chêne mou y'a quelques années, lui précisa Ju.
- Ah ouais, on s'était bien marré ce jour-là, gloussa Devil en se remémorant ses aventures passées avec Mama et la feca.
- Je te ferai la même recommandation qu'à Lilie, entraine toi pour pouvoir exploiter à fond la particularité de ton bâton, dit Ju en désignant la pointe à l'extrémité de l'arme. Oh, une dernière chose, ajouta-t-elle.
Elle appuya sur le motif central du bâton et Flo eu la surprise de voir la pointe d'ivoire se hérisser de piquants tranchants comme des lames de rasoir, lui donnant l'aspect d'une pomme de pin. À la différence près que cette pomme de pin-ci avait l'air féroce et particulièrement dangereuse.
- Cool... souffla le sadida, ébahi.
Les trio abandonna donc sans regrets les vieilles armes au profit des nouvelles, bien plus puissantes, et revint dans l'auberge par le labyrinthe de tunnels.
- J'vous attendais, les accueillit Mama lorsqu'ils furent de nouveau dans la remise. J'ai quelque chose pour vous.
- Bon mon rôle à moi est terminé, déclara Ju. Je vous laisse, bon courage pour la suite, leur souhaita-t-elle en quittant l'auberge.
- Venez voir dehors, reprit la sadida.
La petite troupe sortit donc devant l'auberge.
- J'vous présente vos nouvelles montures ! s'exclama Mama, enthousiaste. J'ai entendu hier que vous vouliez louer des drago alors j'me suis permis de vous faire un petit cadeau, fit-elle avec un clin d'œil.
- Mais où tu les as trouvées ? s'étonna Lilie.
- Oh, un de mes amis me devait une petite faveur, répondit-elle vaguement.
- J'vous avais prévenu qu'elle avait beaucoup de relations, souffla le petit xelor aux trois amis qui acquiescèrent, surpris.
Ils remercièrent chaudement la sadida et Devil, enfourchèrent leurs montures et partirent au grand galop dans les rues encore endormies de la ville. Direction Madrestam !

_________________
"Quand on a trop mangé, l'estomac le regrette et quand on n'a pas assez mangé l'estomac le regrette aussi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naindesbois
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 292
Age : 28
Date d'inscription : 26/08/2006

MessageSujet: Re: Meurtre à Astrub   Dim 3 Aoû 2008 - 21:43

Ils arrivèrent au port aux alentours de midi, les quais grouillaient de pêcheurs, capitaines, mousses, membres d'équipages. Par ici on chargeait des tonneaux, là on déchargeait des balles de soie. Le trio se retrouva un peu perdu au milieu de toute cette agitation, et aucun ne savait où aller. Lilie se décida donc à demander le chemin à un brave homme assis sur un tonneau au bord de la rue principale.
- Bonjour monsieur, est-ce que vous savez où se trouve le quai des Hors Fièvre ? demanda Lilie.
- Bien sûr, vous allez au bout de la rue, vous tournez à gauche et c'est le dernier quai avant les rochers. Et, vous m'auriez pas l'heure, s'il vous plait ?
- It's 12h45 ! répondit Lilie avec enthousiasme.
- Merci….dit l'homme non sans jeter un regard intrigué à la sacrieuse, se demandant pourquoi elle lui avait répondu dans cet anglais imparfait.

Nos amis se dirigèrent vers le quai des Hors Fièvre, un seul navire était amarré là. Il était assez grand, avec un unique mat, les voiles rentrées, sur sa coque ocre couverte de creux était marqué son nom :" La Mort Alitée ". Ce nom correspondait bien à la figure de proue: l'allégorie de la Mort tenant d'une main sa faux et de l'autre un oreiller. Le bateau semblait désert.
- Bon ben on doit trouver le capitaine maintenant, dit Bapt.
- Ben on a qu'à essayer dans la taverne, là, c'est la plus proche du navire, répondit Flo.
La taverne " Le Requin Rieur " ne ressemblait en rien à La Poupée Assoiffée. L'air était vicié, sentant un mélange de poisson, de bière bon marché, de fumée, d'humidité , de sueur et des relents de nourriture avariée. La pièce principale était sombre: les rares fenêtres qui donnaient sur le quai étaient noires de crasse. Les murs était couverts de moisissure qui variaient du jaunâtre au noirâtre en passant par le verdâtre. Au centre de cette pièce se trouvait un groupe de marins passablement sobres. Flo s'approcha du groupe :
- Excusez moi, est-ce que vous connaissez le capitaine Darky ? s'enquit le sadida.
- C'est moi, l'cap'taine , répondit un eni affalé sur une chaise, les pieds sur la table. Vous lui voulez quoi, au cap'taine Darky ?
- Une traversée jusqu'à l'île des wabbits.
- Rien que ça? Et vous prêt à donner combien?
- Disons que … un ami a spécifié que vous nous feriez un prix d'ami pour vous acquitter d'une certaine … dette, Flo avait prononcé le dernier mot tout bas, de sorte que seul Darky ai put l'entendre.
- Huuum, vous m'intriguez, venez boire un coup dans un coin plus tranquille.
Les trois héros suivirent l'étrange éni dans une pièce voisine, illuminée par une vieille lampe à huile.
- Qui vous a parlé de cette dette ? demanda-t-il.
- Devil.
- Quelle ordure, il veut ma mort c'est sûr. J'aurais dû le tuer quand il m'a sauvé la vie. Mais j'étais naïf. Bon vous voulez aller sur l'île d'après ce que j'ai compris?
- Oui, répondirent en chœur les compagnons.
- Bon ben je vous fais faire l'aller-retour gratis, à la condition que Devil oublie cette foutue dette, ça vous va ? proposa Darky.
- C'est parfait, opina Bapt, quand partons nous?
- Dans une heure.
Ceci marqua la fin de la discussion, l'eni les devança pour sortir de la pièce, il marcha en direction de ses hommes. Un enu se rapprocha de lui.
- Vous ne vous êtes pas acquitté de la taxe d'amarrage!! cria l'enu.
- Mais je repars dans l'instant, ça ne sert plus à rien !
- Vous n'avez pas le choix !!!!
- Bah alors si je n'ai pas le choix … répondit l'eni avec un air désolé. Jack, Jean débarrassez moi ça! Presto!
Deux solides gaillards attablés se levèrent, attrapèrent chacun un bras de l'enu et le traînèrent dehors malgré les hurlements de ce dernier.
- Les gars, il me semble que nous ne sommes pas les bienvenus ici, on remballe !
Puis , sous le regard inquisiteur du trio, il ajouta :
- Ben quoi, il m'embête, je l'élimine, c'est le théorème de la mafia !

_________________
la plus grave maladie du cerveau c'est de réfléchir
" il nous embête on l'élimine , c'est le théorème de la mafia " CAKE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bouh
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1124
Age : 26
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Meurtre à Astrub   Mar 5 Aoû 2008 - 22:26

Le temps d'embarquer les montures et les compagnons se transformèrent en aventuriers de la mer pour la durée de la traversée, cap sur l'île des wabbits. Darky était un capitaine qui s'y entendait pour tirer le meilleur de ses matelots grâce à une intéressante technique de motivation universelle :
- Laaaaaaarrrguez les amarres ! beugla-t-il Et plus vite que ça bande de marins d'eau douce !!
- Cap'taine, cap'taine ! Appela un marin du haut de la vigie, l'air affolé, alors que le bateau manœuvrait pour sortir du port.
- Rondudju, quoi ?! cria l'eni pour que sa voix porte assez loin.
- Les Go.. Les Gogo... bafouilla l'homme. Les Goélettes de la milice du port !! Elles nous bloquent la sortie !!
- Bachibouzouk !! Les ruffians, fulmina le capitaine. Tout ça à cause d'une petite taxe de rien du tout. Bon d'accord, peut être les quelques taxes de ses derniers mois, rectifia-t-il sous le regard insistant de Lilie qui avait tout de suite cerné la personnalité de l'eni.
- On fait quoi capitaine ? demanda le marin qui tenait la barre.
- On fonce !! Ces lopettes ont rien dans l'pantalon, ils resteront pas dans l'passage s'ils voient qu'on a pas l'intention de ralentir !!
- Mais, c'est risqué... protesta le matelot.
- C'est moi qui commande ici !! Et c'est un ordre !! lui répondit vivement le Capitaine.
- Mais, mais... balbutia le pauvre homme.
- La différence entre un ordre et de la purée, c'est la différence entre vous et moi, lui dit Darky l'air menaçant. Exécution ou je vais fait passer par dessus bord !!
Le marin s'éxécuta aussitot, les yeux écarquillés de peur. Étonnant comme un eni si petit peut être si imposant. De leur côté nos trois héros se demandaient avec inquiétude dans quelle galère ils s'étaient fourrés.
- Si on s'en sort vivant, rappelez-moi de régler son compte à la momie nabotifiée, grommela Lilie à l'intention de l'éca et du sadida qui opinèrent, l'air aussi angoissés que la sacrieuse.
Contre toute attente le plan du fou capitaine fonctionna au-delà de toutes les espérances et les passagers purent respirer tandis que le navire rejoignait la pleine mer.
- Ah ah ah !! jubila Darky. Qu'est-ce-que vous dîtes de ça bande de vampires assoiffés d'argent !! Espèce de caaaaakes !! lança-t-il aux marins des Goélettes qui le regardaient, interdits.
Après avoir crié des insultes aux membres de la milice jusqu'à ce qu'ils ne puissent plus l'entendre le Capitaine s'avança fièrement vers le trio et leur annonça qu'après cette aventure fort stimulante ils pourraient le trouver dans sa cabine si le besoin se faisait sentir. Décidée à en savoir plus sur l'étrange Capitaine, Lilie s'approcha d'un marin, l'air de rien.
- Dîtes, commença-t-elle. Ça fait longtemps que vous êtes sous les ordres du Capitaine ?
- Tres años, me llamo Rodriguez pero los otros marineros me llaman Pedro !
- Ah, heu, c'est bien, et le Capitaine, c'est un bon capitaine ?
- Ah sí sí, muy bièn !!
- Et il est pas trop... Heu téméraire ?
- Ja ja ja ja, es él capitàn !!!
Pas plus avancée que ça par ces réponses Lilie laissa là le marin et partit rejoindre Flo et Bapt qui conversaient sur le pont, face à l'océan.
- On a aucune idée de l'endroit où on est censé commencer nos recherches, disait l'éca.
- On se renseignera sur place, répondit Flo. On posera des questions sur l'histoire de la cawotte, il doit bien y avoir un lien pour qu'une secte de fanatiques l'utilise comme arme d'exécution.
- Et si on profitait de la traversée pour se sortir un peu de cette enquête ? proposa la sacrieuse.
Les trois amis passèrent la soirée à rire, se rappelant des anecdotes des aventures passées ensemble. Ils conversèrent jusqu'à l'aube où un marin vint leur annoncer qu'ils arriveraient à destination dans le courant de la matinée. D'un commun accord le trio décida d'employer ce temps pour se reposer avant d'accoster et de commencer leurs investigations sur l'île.

-Waaaaaah, bailla Flo en s'étirant alors qu'il empruntait le ponton pour arriver à terre. Après cette nuit blanche ce fut pas du luxe de dormir un peu. Vous en faîtes des têtes ! s'étonna le sadida en contemplant les yeux cernés de ses deux amis.
- On aurait peut être pu en profiter aussi si t'avais pas ronfler si fort, maugréa Lilie.
- T'exagères... commença-t-il.
- Bienvenue sur l'île des wabbits ! le coupa une sram habillée de rouge. Je suis votre guide, c'est... Evil qui m'envoie.
- Vous voulez dire Devil ?
- Oui Devil voilà ! Un vieil ami, dit-elle avec un sourire éclatant. Mon nom est Yamika, se présenta-t-elle. Suivez-moi nous allons commencer la visite, il m'a dit que vous étiez intéressés par la cawotte, déclara-t-elle en se dirigeant vers les rues de la ville sans laisser le temps de réfléchir à nos trois héros qui lui emboitèrent le pas.

_________________
"Quand on a trop mangé, l'estomac le regrette et quand on n'a pas assez mangé l'estomac le regrette aussi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naindesbois
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 292
Age : 28
Date d'inscription : 26/08/2006

MessageSujet: Re: Meurtre à Astrub   Dim 31 Aoû 2008 - 21:14

La sram les emmena dans une auberge située un peu à l'écart de la citée portuaire où ils avaient abordé, proche d'un site archéologique composé de ruines et de souterrains vieux de plusieurs siècles. Les quatre compagnons y prirent une grande suite pour se loger le temps de leur recherches sur cette partie de l'île. Bapt décida de sortie fouiner aux alentours pendant que Flo et Lilie restaient à l'auberge pour se reposer, sous la surveillance de Yamika.
- Je pense que j'vais faire une petite sieste moi, bailla Flo en s'effondrant sur un des lits de la chambre qu'il partageait avec Bapt. J'ai pas bien dormi avec le roulis du bateau …
- Bonne idée, acquiesça la sacrieuse. Repose toi, j'avais installer nos affaires pendant ce temps. Je te réveille s'il y a du nouveau, dit-elle en éteignant la lumière et en fermant la porte pour laisser son ami dormir.
- Merci, répondit le sadida, déjà somnolant.
Alors qu'elle repartait en essayant tant bien que mal de ne pas faire craquer le parquet sous ses pas pour ne pas déranger flo, Lilie entendit yamika l'appeler:
- Lilie, tu veux bien venir vois s'il te plait.
- Oui bien sûr, répondit-elle en se dirigeant à la voix pour rejoindre la sram.
Elle la trouva dans la deuxième chambre, celle qu'elles partageraient toutes les deux.
- Keya ? demanda la sacrieuse en entrant dans la pièce.
La sram se tenait sur son lit et se frottait un œil avec insistance.
- Je suis désolée de te déranger pour ça, dit-elle, mais j'ai mal à un œil. Tu veux pas regarder si j'ai pas une poussière?
- Si bien sûr, répondit Lilie.
Elle s'approcha de la sram qui se leva pour que leurs regards soient au même niveau puis examina ses yeux l'un après l'autre, attentivement.
- Je vois rien, finit-elle par dire, l'air un peu absente.
- Ça va mieux, elle a du partir, merci.
- De rien, dit la sacrieuse en repartant.

_________________
la plus grave maladie du cerveau c'est de réfléchir
" il nous embête on l'élimine , c'est le théorème de la mafia " CAKE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bouh
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1124
Age : 26
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Meurtre à Astrub   Dim 31 Aoû 2008 - 21:18

Elle se dirigea vers la chambre où dormait allègrement Flo, faisant gémir le parquet d'indignation sous ses pieds, entra et commença à farfouiller avec grand bruit dans les sacs posés au sol. Flo souleva une paupière mais se rendormit juste après. Lilie, qui avait apparemment trouvé ce qu'elle était venue chercher, se prit les pieds dans une lanière de sac et tomba par terre. Elle jura comme un charretier en se débattant mais finit pas réussir à se relever. Dès qu'elle fut debout, elle commença à siffloter, puis à siffler franchement en se baladant d'un bout à l'autre de la pièce. Manquant de tomber une autre fois, elle alla ouvrir les volets pour se mettre ensuite à déplacer et ranger leurs affaires en dansant, c'est-à-dire, en tapant des pieds avec insistance, en faisant des rythmes sur ses cuisses, tout cela accompagné de diverses onomatopées.
- RAAAA mais t'as pas fini oui ??? hurla Flo. Comment veux tu que je dorme quand tu fais un tapage pareil ??
- Ben pourquoi t'aurais besoin de dormir d'abord ???! Je te signale que t'es le seul qui a dormi sur le bateau !!! répondit Lilie.
- Mais j'ai besoin de beaucoup de sommeil !!
- C'est pas une excuse, tiens t'as qu'à m'aider à ranger tes pagnes !! Ils traînent par terre depuis tout à l'heure et je trouve ça dégueulasse !!
- Est-ce-que je t'ai demandé de ranger ?!! C'est MA chambre ! Pas la tienne ! Je vois pas en quoi ça te dérangerait vu que tu vis pas dedans, et c'était pas la peine de m'empêcher de dormir pour ça !!
- Parfait !! Ça m'apprendra à vouloir rendre service, cria-t-elle en balançant le pagne qu'elle tenait à la main sur la figure de Flo avant de sortir en claquant la porte.
Ce dernier, incapable de se rendormir à présent, se leva et fourra rageusement le pagne dans l'armoire de la chambre qu'il referma bruyamment, plus en colère que jamais. Lorsqu'il se décida enfin à sortir de la pièce, Baptiste était rentré et faisait son compte-rendu aux deux femmes dans le salon.
- Ce serait une bonne idée d'aller explorer les souterrains du site archéologique un de ces jours, expliquait-il. J'ai repéré quelques représentations de cawottes sculptées sur les parois.
- Je vous guiderai, lui répondit Yamika. Je connais bien l'endroit. Tiens Flo, bien dormi ? accueillit-elle le sadida.
- Pas vraiment non, fit-il en lançant un regard noir à la sacrieuse qui cilla d'incompréhension.
Renonçant à comprendre, Bapt haussa les épaules et se tourna vers Lilie.
- T'as des problèmes aux yeux ? s'inquiéta-t-il.
- Non pourquoi ? s'enquit-elle.
- Ils sont très rouges...
- Ça doit être la fatigue, répondit la sacrieuse avec un geste négligent de la main.

_________________
"Quand on a trop mangé, l'estomac le regrette et quand on n'a pas assez mangé l'estomac le regrette aussi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bouh
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1124
Age : 26
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Meurtre à Astrub   Mer 1 Avr 2009 - 16:23

La soirée se déroula sans incident hormis peut-être lorsque Flo, pris d'un sursaut incontrôlé, manqua d'épingler la main de Baptiste sur la table avec son couteau. Après une nuit de sommeil plus ou moins reposante, nos trois héros et leur guide se préparèrent à aller explorer la partie des ruines repérée par l'éca.
- Voilà c'est par ici, dit Bapt en indiquant une section de mur écroulé. Derrière le mur il y a des espèces de marches qui s'enfoncent pour rejoindre un tunnel. J'ai pas été voir plus loin hier.
- Cette partie des ruines appartenait à un ancien temple, les renseigna Yamika.
- Allons-y !! s'exclama Flo, plein de fougue. Plus vite explorée, plus vite rentrés, et plus vite manger !!
Le sadida partit d'un bon pas en direction du souterrain, ses amis sur les talons.
- STOOOOOOOOP !!! cria la guide.
Les compagnons se stoppèrent nets, en suspend.
- Waaah, pourquoi t'as crié aussi fort ?! se plaignit Bapt, tous les poils hérissés.
- Désolée, s'excusa Yami, penaude. C'était pour que Flo m'entende...
- Si avec ça il t'a pas entendu... grommela Lilie en massant ses oreilles. Pourquoi ce stop tonitruant ? Demanda-t-elle en se tournant vers la sram.
- Je dois passer devant, répondit-elle en s'avançant pour prendre la tête de la colonne. Bon, ce temple a été construit par des indigènes un peu... dérangés. Ils ont mis des pièges un peu partout. Il va falloir que vous fassiez attention à ce que je fais et que vous suiviez à la lettre ce que je vous dirai de faire. C'est compris ?
Les trois amis hochèrent la tête de concert, concentrés.

La guide fit traverser de nombreuses salles aux trois amis, tantôt en les faisant marcher sur des dalles spécifiques du sol afin d'éviter une fort peu aguichante chute de 3 mètres pour finir noyé dans une mélasse sentant les chaussettes de trool, tantôt en les faisant ramper pour éviter de grosses masses de pierres taillées en forme de cawottes qui les auraient embrochés ou écrabouillés contre un mur.
- Ils ont des pièges bizarres ici quand même... fit remarquer Flo.
- Bof, un piège c'est un piège, dit Yamika en haussant les épaules.
- Bah quand même, ils sont plutôt... originaux ceux-là. Mourir embroché par une cawotte géante en pierre c'est pas ce que j'appelle un piège conventionnel, commenta Lilie.
- Je suis sur que pour nabot une cawotte normal suffirait... Un ragout de nabot à la cawotte... déclara Flo, l'air songeur.
- Flo... Arrête de penser à ton estomac et fais attention où tu mets les pieds... lui répondit Bapt, l'air désespéré par les idées « gastronomiques » de son ami.
- Mais oui, mais oui... fit il avec un geste nonchalant de la main en direction de l'éca juste derrière lui.
Le sadida continua d'avancer à la suite de Lilie et Yamika, ouvrant toujours la marche :
- Baptiste ? C'est quoi ce CRAAAC que je viens d'entendre, s'exclama-t-il soudain en se retournant d'un bond pour voir l'éca regarder avec horreur le sol s'effriter sous ses pieds.
- AAAAAAH !!! Floooooo !! C'est quoi ça ?!! cria-t-il en battant follement des bras comme s'il essayait de voler pour ne pas tomber.
Flo se jeta en avant vers son ami, juste à temps pour attraper la queue de l'éca au vol avant que celui-ci ne tombe dans la trappe. Un énorme bruit d'effondrement retentit et résonna dans le souterrain puis tout fut de nouveau calme. Baptiste pendait mollement dans le vide, seulement retenu par le sadida, une vue imprenable sur le fond du gouffre qui s'était ouvert sous ses pieds. Celui-ci était recouvert de crâne de chafers mordant le vide dans un affreux concert de « gnap, gnap ». L'un deux sembla se ramasser sur lui même, impression plutôt bizarre quand on parle d'une tête, et sauta en direction de l'éca, toujours pendu au bout des bras de Flo.
- Floooo !! Remonte moi !! Vite !! s'affola Baptiste en voyant le crâne voler vers lui.
- Gnap ! Claqua la tête de chafer à un pouce du visage de l'éca que Flo hissa en vitesse.
- Pfiou, on peut dire que t'as eu chaud... soupira ce dernier en s'étalant sur le sol.
- Ma queue, ma pauvre queue... se lamenta Baptiste en regardant celle-ci, quelque peu malmenée.
- Dis pas merci surtout, ronchonna le sadida.
- Ah oui, merci bien sûr... lui répondit l'éca sans détacher ses yeux de son appendice qui ressemblait dorénavant plus à un plumeau tout rachitique qu'à une queue.
- Qu'est-ce-qu'il s'est passé, demanda Lilie en accourant vers eux.
- Oh rien, lui répondit Flo avec un geste négligent de la main. C'est juste Bapt qui suit pas les consignes de Yamika.
- Pas du tout !! J'ai mis scrupuleusement les pieds là où tu avais mis les tiens juste avant !!
- Mais oui bien sur... Tant que tu y étais, t'aurais pu m'attraper un crâne, je suis sûr que Piranha aurait adoré !
- Mais... !!
- C'est pas grave, ça peut arriver à tout le monde, les interrompit la sacrieuse. Aller, on continue, dit-elle en se retournant vers Yamika.
Flo et Baptiste lui emboîtèrent le pas, non sans échanger un regard assassin. L'exploration se poursuivit sans autre catastrophe, la seule ombre au tableau étant le fait que Bapt refusa obstinément d'adresser la parole au Sadida, celui-ci continuant à assurer que le piège s'était déclenché à cause d'une erreur de l'éca. C'est donc d'une humeur massacrante que nos trois héros et leur guide rentrèrent ce soir là, bredouilles.

_________________
"Quand on a trop mangé, l'estomac le regrette et quand on n'a pas assez mangé l'estomac le regrette aussi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bouh
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1124
Age : 26
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Meurtre à Astrub   Mer 1 Avr 2009 - 16:29

Après cet échec cuisant, Yamika décida de partir demander de l'aide aux membres supérieurs de son ordre, réputés être fort sages et fort avisés. Elle leur laissa comme consigne de ne pas aller explorer les ruines sans elle durant les quelques jours où elle s'absenterait. Quand elle fut partie, Lilie s'aperçut qu'il était temps pour elle d'aller acheter du savon. Elle prit donc son sac et laissa ses deux camarades, boudeurs, finir un maigre repas sans elle. En déambulant dans le marché qui composait la majeure partie de la place principale, elle se sentait vaguement mal à l'aise. Elle se décida enfin à aborder un marchand :
- Excusez moi, vous vendez du savon ?
- Du savon ? Oui poulquoi faile ?
- Euh, laver moi, mes habits, dit-elle en désignant tour à tour son visage avec un grand sourire et son pantalon.
- Ah, si poul tout lavel, habits, cheveux, tout, tout le temps, n'impolte quand !
- J'en prendrai un alors.
- D'accold, j'ai un des fluits poul vous, glatuits avec le savon. Ceux-ci, dit-il en montrant de gros fruits jaunes exaltant une odeur sucrée, tlès bons.
- D'accold, euh pardon, d'accord. Je vais en prendre trois s'il-vous-plait.
Après ses achats, elle repartit à l’auberge pour retrouver ses compagnons encore plus grognons qu’au départ. Elle leur offrit un fruit chacun et entreprit de laver leurs habits, après avoir dépoussiéré ceux de Bapt qui semblaient avoir captés toute la poussière de l’auberge.
Elle décida ensuite de les accrocher aux fenêtres, en revenant dans la pièce qui tenait lieu de « quartier général » elle poussa un soupir d’exaspération en voyant ses amis se foudroyer du regard d’un bout à l’autre de la table, les poings crispés.
- Bon on mange les fruits ?
- Oui, répondirent-ils en même temps, toujours sans se quitter du regard.
Ils mangèrent chacun leur fruits en silence.
- C’est bizarre , murmura Flo au bout d’un moment, ils sont un peu… acides ces fruits.
- T’as pas du avoir le bon je pense, le mien était excellent.
- J’ai un peu sommeil maintenant, susurra Lilie au milieu de deux beaux baillements à en faire pâlir le sadida. Je pense que je vais aller me coucher un peu.
- D’accord, moi je reste ici, assura l’éca , au cas où quelqu’un viendrait voler nos provisions, en jetant un regard de biais au sadida.
- Rumph, répliqua celui-ci en allant s'affaler dans le canapé.

Baptiste s’absorba dans le vol lent d’une mouche quand un frisson lui parcouru l’échine, il se retourna, arme dégainée, personne. Il se rapprocha à pas précautionneux de la porte pour jeter un furtif coup d’œil par celle-ci, rien non plus. Quand il revînt dans la pièce principale, Lilie était debout au milieu de celle-ci et oscillait légèrement sur elle même. L’éca, interloqué, s’approcha doucement d’elle pour lui tapoter l’épaule mais quand sa patte en fut à deux pouces, elle se jeta sauvagement sur lui. Bapt, poussant un hurlement de surprise, se retrouva par terre avec Lilie qui essayait de le mordre. Elle lui rappelait les têtes de chafer au fond de leur fosse, elle claquait elle aussi des mâchoires et ses yeux avaient pris une inquiétante couleur rouge sang. Il essaya de la raisonner en l’appelant par son prénom, ce fut peine perdue puis après un court instant de panique il lui frappa la tempe avec le manche de son poignard qu’il n’avait pas remballé, la sacrieuse s'écroula inerte à côté de lui.

_________________
"Quand on a trop mangé, l'estomac le regrette et quand on n'a pas assez mangé l'estomac le regrette aussi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Meurtre à Astrub   

Revenir en haut Aller en bas
 
Meurtre à Astrub
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Donjon d'Astrub
» Pavillon Noir : Meurtre au Manoir de Keravel
» Un meurtre à côté de chez moi !
» [Fraouctor 642 - SM X] Meurtre chez les filles de joie
» Le mythe de la forêt d'astrub. LES SADIS !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La guilde Thor team :: Section graphique :: Galerie-
Sauter vers: